Chasseurs de taux, augmenter votre épargne !

Publié le 22 mars 2015 | Par OxyTrade | Actualités économiques, financières, Actualités et Analyses

Avant d’aller plus dans le détail de cette pratique qu’on qualifie « d’opportuniste » dans le milieu de la banque, nous allons décrire cette façon d’épargner. Il s’agit de faire fructifier une somme d’argent sur différents livrets d’épargne proposant des taux attractifs sur une courte période en général 3 à 6 mois. L’argent est déposé sur un livret qui propose un taux attractif, une fois que l’offre se termine, les fonds sont déplacés sur un nouveau livret d’épargne.

Des taux boostés pour votre épargne !

Cette pratique est intéressante sur une somme fixe, de plus les fonds restent disponibles. En général, l’épargne est bloquée uniquement de 3 à 6 mois pour bénéficier du taux bonifié. Les taux actuels des livrets réglementés étant rémunérés à 1% (LA-LDD), et les comptes épargne en baisse comme le PEL récemment 2%, les chasseurs de taux y trouvent leur compte. Il faut bien évidemment être à l’affut des offres bancaires et suivre de près les conditions des offres pour être sûr d’en bénéficier.

Une pratique avec des limites…

Ses taux attractifs sont bien souvent proposés lors de l’ouverture d’un livret, par la suite le taux chute à 1%. D’autre part, pour en bénéficier, certaines banques demandent l’ouverture d’un compte courent en parallèle. Il faut donc être toujours vigilant et ne pas oublier que ses livrets sont soumis à la fiscalité et qu’il faut en tenir compte dans le calcul des intérêts. Enfin cette pratique ne garantit pas une optimisation de son épargne sur du long terme, les offres sont limitées dans le temps et rarement cumulables et des quinzaines sont perdues.

Les chasseurs de taux trouvent un intérêt à cette pratique « d’épargne boosté » sur du court terme. Dans le cas de la vente d’un appartement, un héritage, un bonus de fin d’année, les fonds sont en transites et les livrets à taux boostés sont vraiment avantageux pour fructifier son épargne. Dans le cas d’un placement plus long, on parlera de « capital », avec comme solution entre autre la souscription à une assurance- vie, un PEA, des FCPI etc.